Portrait de diplômée : Juliette Cornet, UX Designer chez Altran

Après 5 années à La Web School, Juliette Cornet est maintenant UX Designer chez Altran. Portrait d'un des premières diplômées de La Web School Factory !

Les carrières professionnelles de nos premiers diplômés sont lancées ! L’occasion de s'attarder sur le portrait d’anciens étudiants aujourd’hui plongés dans un monde du travail en pleine mutation qu’ils participent à faire évoluer.Startups, freelance, grands groupes... Ils exercent des métiers, parfois nouveaux, à responsabilités auxquels La Web School Factory les a préparé.

 

 

Rencontre avec Juliette Cornet, UX Designer chez Altran

Peux-tu nous parler de ton parcours à la Web School Factory ? Quelle était ta Majeure ? Quels souvenirs marquants en gardes-tu ?

 

Je suis entrée à la Web School Factory après un Bac L. J’ai choisi la Majeure Design. Le meilleur souvenir de mon cursus à la Web School Factory reste le WE Challenge de la Web School Factory pour la Web School Factory. C’était vraiment super ! Nous étions répartis en plusieurs équipes formées d’étudiants, de professeurs et de parents d’élèves et nous avons travaillé sur les différentes façons dont on pouvait améliorer ensemble la Web School Factory. Mon équipe a planché sur le CV et la manière dont on peut réinventer ce grand classique de la formation, indispensable pour décrocher un job. Nous sommes arrivés 3ème ex-aequo. C‘était un des plus beaux WE Challenge auxquels j’ai participé. On est resté travaillé toute la nuit. Tout le monde était motivé car on se sentait tous concernés. Résultat : une implication qui m’a beaucoup marquée.

 

 

 

juliette-cornet-ux-designer

Quel est ton métier ? Dans quelle société travailles-tu ?

 

Je suis UX Designer chez Altran, une boîte de consulting, et je suis en mission chez Natixis pour un an et demi. C’est une société que je connais bien car cela fait maintenant plusieurs années que je travaille pour ce partenaire de La Web School Factory. En effet, mon projet de fin de 4ème année concernait déjà ce grand groupe bancaire. J’avais travaillé avec une équipe de 4 personnes sur l’expérience client dans l’assurance non-vie. Nous avions alors proposé une totale remise en cause du modèle de l’assurance actuel en créant une assurance à la carte et totalement adaptée aux besoins et désirs du client. Dans le cadre de ce projet intitulé « Suis-je couvert ? », nous avions conçu un outil permettant au conseiller en assurance de créer un contrat sur mesure pour son client.

 

J’ai ensuite fait mon alternance en 5ème année chez Natixis. J’avais déjà travaillé à deux reprises dans des start-ups lors de stages, ce qui m’avait permis de découvrir ce type de structure. L’expérience m’a à la fois plu et déplu. Tous les aspects ne sont pas forcément ultra-positifs. En alternance, j’ai eu envie de changer et d’essayer un grand groupe. Je n‘avais eu jusqu’alors qu’une expérience d’un mois de stage dans le groupe Accor Hotels. À la fin de mon alternance, Natixis a souhaité me garder. J’ai tout de suite accepté le poste car mon alternance s’était très bien passé. Je m’occupe à peu près des mêmes missions, mais quelques responsabilités supplémentaires.  

Plus exactement, quelles sont tes missions ?

 

Je travaille au sein d’une cellule particulière qui appartient à l’agence de développement interne. Elle regroupe une quinzaine de personnes et est quasi exclusivement constituée de développeurs. En gros, on développe des outils de gestion, de calcul financier, et même de communication en interne. Il s’agit essentiellement de développement d’applications et web. Cette unité ne disposait pas de Designer avant mon arrivée. Mon intégration à l’agence de développement a d’ailleurs été un concours de circonstances et non une décision mûrement réfléchie et souhaitée par son manager. Pour mon alternance, je devais travailler avec une personne qui faisait partie du jury du projet de fin de 4ème année. Elle voulait monter une cellule digital au sein de Natixis mais le projet n’a pas abouti et elle m’a confié à la personne qui dirige la cellule dans laquelle je travaille aujourd’hui. Autrement dit, les personnes travaillant dans l’unité dans laquelle je suis actuellement n’avaient absolument pas conscience qu’ils avaient besoin d’un Designer. Les choses ont bien changé depuis. 

 

Je suis chargée de différentes missions : je m’occupe de choses basiques telles que la réalisation de maquettes écran (d’outils informatiques et de sites web). Je suis également chargée d’un travail de conception : quand on envoie un brief à l’unité, je l’épluche et identifie les solutions techniques à apporter. Pour cela, j’échange beaucoup avec les développeurs. Mes activités comportent aussi un volet gestion de projet et relation client (les différentes branches de Natixis qui ont recours à nos services). Je suis donc chargée de la gestion des appels à l’unité, de la gestion des mails qui lui sont adressés ainsi que de l’organisation des réunions. Enfin, j’ai également ajouté la gestion d’équipe à mes missions. Depuis que je suis arrivée, un petit pôle Design (que je dirige, s’est constitué). Nous avons aujourd’hui deux autres designers, alternants de La Web School Factory. Mon manager a compris que l’activité Design était importante. Il m’a confié avant de lancer ce Pôle Design : « Les projets qu’on livre n’ont pas la même tête depuis que tu es là ». Maintenant, il souhaite même que Pôle Design se développe !

chronodesktop

altran

Quelles compétences savoir-être acquis à l'école te servent au quotidien ?

 

Au sortir du Bac, je n’avais aucune notion gestion de projet ou de travail en équipe. Comme je suis timide de nature, ce n’est pas quelque chose avec laquelle je me sentais particulièrement à l’aise. J’ai découvert le travail en équipe à La Web School Factory et j'ai beaucoup apprécié cette façon de travailler. Cela a été aussi particulièrement utile puisque c’est de cette façon que l’on travaille au quotidien. La Web School Factory m’a également permis d’avoir une certaine expérience des projets professionnels. En effet, nos intervenants sont des professionnels avant d’être des professeurs et l’on travaille sur des projets qui sont des briefs fournis par des grandes sociétés. On apprend donc le langage des entreprises mais aussi leurs problématiques. Elles ont en effet presque toutes les mêmes questionnements concernant le numérique, même si les secteurs sont différents.

 

Enfin, je dirais que la multidisciplinarité de La Web School est un outil précieux dans le monde du travail. Même s’il y a une spécialisation, on garde une formation assez généraliste et on apprend différentes disciplines. D’ailleurs, je venais à La Web School Factory pour faire du développement. Finalement, cela ne m’a pas trop plu et je me suis tourné vers le design. Mais j’ai quand même appris beaucoup de choses au niveau Tech. Cela m’aide énormément dans mon travail de tous les jours puisque je travaille au quotidien avec des développeurs. Je sais aussi bien sûr adapter mon discours à des marketeux.

Une grande fierté que tu as connu dans ton travail ?

 

Assez récemment, je me suis retrouvée toute seule en réunion client pour un projet d’application où le client n’avait pas d’idée précise de ce qu’il voulait. J’ai réussi à trouver un certain nombre de pistes et à les lui présenter. Et finalement je lui ai vendu le projet. C‘est très satisfaisant de rentrer au bureau et d’annoncer que l’on a négocié 15 jours de travail pour développer une appli, d’autant qu’il s’agissait en plus d’un super projet ! Mon cursus à La Web School Factory m’a été d’une grande aide dans cette situation. On y apprend une méthodologie de la créativité très efficace qui permet de brainstormer sur les différentes solutions que l’on peut mettre en place face à un brief donné. C’est un exercice auquel on est rodé en fin d’études, grâce aux projets sur lesquels on a travaillé pendant notre cursus.

Une anecdote sur ton entrée dans le monde du travail ?

 

J’ai été étonné de constater que même dans un grand groupe, il y a des gens qui ont un esprit start-up, très ouvert, très cool. Alors que, à l’inverse, dans beaucoup de start-ups il y a des gens assez rigides qui, malgré le fait qu’ils aient installé un babyfoot dans un coin, vous envoient des SMS incendiaires dès que vous avez 2 minutes de retard. Ce qui participe avant tout à une bonne ambiance de travail, ce sont les personnes avec qui on travaille, et notamment son encadrement direct. J’ai beaucoup de chance car l’ambiance dans l’équipe est excellente et, concernant mon N+1, je n’aurais pas pu trouver un meilleur chef ! C’est un modèle de management.

Le parcours de Juliette vous inspire ?
Découvrez son école, La Web School Factory !
Je télécharge la brochure